Jean-Marc Petit
26 mars 2018

Evolution de certaines séries de CPGE

0 commentaire

Modifié :  26 mars 2018

 

1. Une rénovation des séres D1/D2, préparant les filières Droit et Gestion de l’ ENS de Rennes. Il n’y en a pas sous contrat dans l’EC, mais quelques-unes hors contrat en lien avec UFR de droit.

Au-delà de cette rénovation, il faut savoir que certains s’interrogent sur la pérennisation de ces séries de CPGE. Donc à suivre de près.

2. L’avenir des BCPST. Actuellement, une installation nouvelle de vétérinaire sur 2 est le fait d’une personne s’étant formée à l’étranger…Souvent en 5 années d’études. Là où CPGE comprise on est souvent à 9 ans en France. Sachant que les taux d’abandon en cours voire à la fin du cursus Ecole sont conséquents, faute peut-être de connaissance de la réalité du métier chez ceux qui choississent les BCPST

Les Ecoles vétérinaires devraient ouvrir des places mais s’intéressent de plus en plus aux entrées parallèles issues de BTSA ou de Licences universitaires.

Il a été évoqué l’hypothèse d’un raccourcissement d’un an du cursus en ouvrant les concours aux 1ère année de BCPST. Ce qui peut signifier à terme, la fin des BCPST2. Sans parler de possible extension de cette logique à d’autres séries de CPGE.

Derniers posts
  • renasup
    29 juin 2018

    1. Au titre de la loi, seuls les étudiants des établissement supérieurs sont concernés. Les lycées, même quand ils proposent des formations supérieures, ne sont pas du point de vue administratif des établissements d’enseignement supérieur 2. Lorsque les étudiants, au titre des conventions prennent une inscription à l’université, ils deviennent redevables 3. Seuls les EPLE (lycées publics) sont tenus de conventionner, même si pour sécuriser les parcours pour les étudiants et de ne pas être pénalisé en communication, le privé a également intérêt à conventionner. 4. Lorsqu’il y a convention, la démarche d’inscription est individuelle, il appartient donc aux étudiants de s’inscrire. 5. La circulaire Bonafous (DGESIP en 2014) envisage le cas où un étudiant ne s’inscrirait pas à l’université en indiquant que dans ce cas il renonce aux bénéfices des dispositions prévues par la convention. ( Accéder à la circulaire ) 6. Il y a tout intérêt à faire signer aux étudiants et leurs familles une note par laquelle ils ont eu connaissance de ces dispositions de telle sorte qu’un étudiant n’ayant pas pris cette inscription à l’université et à ce titre ne bénéficiant pas d’une attestation d’ ECTS ne se retourne vrs vous en disant qu’il ignorait cette disposition.
  • renasup
    20 juil. 2018

    Un certain nombre d'établissements notamment de CPGE semble nous indiquer une remontée très lente des listes en raison d'une tendance des élèves à garder leurs voeux en attente au-delà du raisonnable. Dès lors cela amène les établissements à attendre au risque de ne jamais se remplir, ou élargir le rang d'appel au risque d'être en sureffectif. Les délais et conditions de réponses côté élèves sont probablement à repenser. Nous en faisons état au Ministère de cette difficulté, ne serait ce qu'en vue de l'an prochain. Ce sera aussi à l'ordre du jour de la réunion des chefs d'établissement du mercredi 27 juin prochain. Nous avons, de notre côté, invité les professeurs principaux à accompagner leurs élèves dans leurs réponses sur Parcoursup et à veiller à ce qu'ils ne gardent pas en attente des propositions inférieures dans leurs préférences au "oui" qu'ils ont déjà retenu.
  • Jean-Marc Petit
    26 mars 2018

    Un groupe de travail sur les conséquences pour les CPGE de la réforme du Bac sera mis en place par la DGESIP, RenaSup y sera représenté. Il a notamment été évoqué la problématique de l’absence de Mathématiques en tronc commun, si bien que par la limitation à 2 spécialités il n’est plus possible d’avoir Math – Biologie- Physique/Chimie ou Math –Physique/chimie-Informatique. De même on peut s’interroger sur la pérennité de deux voies ECE et ECS pour la voie économique générale. A noter, que la liste des spécialités ne figurait plus dans les derniers textes présentés par le Ministère à l’isssue du débat au CSE .