renasup
2 juil. 2018

Evolution de l'accès aux IFSI et devenir des Prépas concours

0 commentaire

Modifié :  3 juil. 2018

 

1. L’insertion sur Parcoursup de toutes les formations supérieures est prévue par la loi et les pouvoirs publics ont décidé à cette occasion de revoir les modalités concrètes d’admission en IFSI en supprimant le concours dès 2019.

Toutefois, contrairement à certains bruits qui courent, il y aura bien une procédure particulière en mars prochain tenant compte du passage par une Prépa IFSI probablement via une valorisation spécifique sur Parcoursup du dossier des candidats ayant suivi un Prépa IFSI. Il y a donc toute légitimité à proposer ces Préparations pour la rentrée prochaine.

2. Pour les années qui suivront :

a. Des dispositifs particuliers d’accompagnement des étudiants pendant leurs études en IFSI devraient être mis en place à destination des candidats jugés fragiles dans une logique de « oui si ». Cet accompagnement pourrait s’organiser au travers de coopération lycée/IFSI dans une logique de conventionnement

b. Les candidats n’ayant pas été retenus sur parcoursup, pourraient se voir proposer un dispositif d’accompagnement permettant de muscler leur dossier au regard des attendus de ces formations en vue de la campagne Parcoursup de l’année suivante. Là aussi, un travail étroit engagé en collaboration avec les IFSI devrait offrir à ces candidats une sécurité relative.

La volonté ministérielle de ne pas pénaliser les jeunes issus des Bacs Pros et Technologiques est certaine et affirmée.

En tout état de cause, les heures mobilisées dans les Prépas IFSI seront très utiles pour accompagner ce mouvement de réforme au service d’une plus grande égalité des jeunes dans l’accès à ces études.

Nous accompagnerons également comme nous le faisons pour Bac Pro vers les BTS , vos activités de type cordées de la réussite mettant en relation IFSI et jeunes issus de Bac Pro ou Bac Techno.

Derniers posts
  • renasup
    18 juil. 2018

    Quels sont les attendus des IFSI ? - Quelles sont les compétences à développer ou à renforcer ? Monsieur Le Bouler a confirmé sa volonté d’accélérer la description des caractéristiques de la formation et rédaction des attendus, de façon à faciliter le repositionnement des prépas. Le retour des IFSi semble indiquer des besoins en consolidation sur certaines bases de biologie, de calcul (notamment proportions et dosages cl, ml, etc…), d’expression en vue se former à la communication professionnelle avec les patients comme avec les autres professionnels. - Dans la valorisation des parcours, qu'est-ce qui paraît le plus avantageux (PACES, bac ST2S, bac Pro Assp, formation de secourisme, engagement, ...) ? Y a t-il nécessité d'avoir eu des expériences pratiques ? Dans une logique de diversité des publics accueillis, on ne peut parler de parcours avantageux proprement dit. Même si un profil PACES peut être intéressant pour un IFSI, il ne s’agit pas de faire de la PACES une propédeutique aux IFSI. D’autant que l’on peut avoir fait une année de PACES sans pour autant disposer du profil attendu en termes de motivation et d‘intérêt pour les dimensions humaines de ce métier. Des expériences de découverte du métier ne peuvent être qu’appréciées positivement. En revanche on ne peut exiger d’un jeune qu’il dispose à priori des compétences professionnelles. Les attendus ne sont pas ceux du métier mais de la formation. L’objectif est de disposer des bases et qualités nécessaires pour pouvoir suivre avec profit la formation développée en IFSI. - Y a t-il un entretien prévu dans les ifsi et quelles en seront les modalités Le dispositif d’admission ne prévoit pas d’entretien. Il faut bien comprendre que, contrairement au dispositif concours qui faisait tout reposer sur quelques épreuves (écrites et orales) sans se préoccuper du dossier de l’étudiant, le nouveau dispositif est bâti sur un parcours d’orientation construit dans la durée et sollicite de façon privilégiée l’appréciation des équipes enseignantes du secondaire (pour ce qui concerne les néo-bacheliers). - Les dispositifs d'accompagnement et de consolidation des acquis peuvent-ils être développés dans les lycées sous contrat d'association avec l'Etat (en lien avec des IFSI) ? et dans ce cas, être intégrés au dispositif "oui si...". Peut-on envisager un "oui si" prononcé par un IFSI public vers une formation d'accompagnement et de consolidation payante ? Le « oui si » implique que ce soit la composante d’accueil, l’IFSI donc, qui définisse le dispositif sous-tendu par le « si ». Ce dispositif peut être mis en place par l’IFSI lui-même ou par des structures extérieures en lien avec l’Institut pour mettre en place les actions de consolidation. On ne peut imposer un dispositif payant. Pour les formations sous contrat, la loi prévoit qu’il ne peut être demandé qu’une contribution des familles. Cette dernière étant exclusivement destinée à financer les investissements et des activités liées au caractère propre. Le fonctionnement étant censé être financé par l’Etat. Le terme scolarité est réservé à des formation hors contrat. les prepas integrees auront elles le monopole des »oui si » et les prepas du financement public celui des »oui mais » ? ou peut on imaginer une autre repartition ? Il n’y a pas de raison pour que seules les prépa intégrées se réservent les dispositifs liés aux « oui si ». Si l’on peut imaginer que les IFSI disposant de ces prépas privilégieront la mise en place de ces dispositifs en intra, ceux qui n’en disposent pas pourront choisir entre les mettre en place eux-mêmes et/ou passer des partenariats avec des établissements extérieurs dont les nôtres. Il ne s’agit pas d’un « oui mais » mais d’un « non mais » qui encourage à se consolider en vue de re-candidater ultérieurement.
  • renasup
    12 juil. 2018

    les décisions des Ministres de l’Enseignement Supérieur et de la Santé concernant la réforme de l’accès aux IFSI. Elles sont en tous points conformes à ce que nous annoncions dans notre dernier message. Notamment : " ....des dispositifs d’accompagnement et de consolidation des acquis, notamment pour des réponses "oui si" seront mis en place." "Les ministres ont entendu "les inquiétudes" liées à cette réforme, notamment celles des lycéens qui ont fait le choix d’intégrer à la rentrée 2018 une préparation au concours. Quant aux formateurs qui craignent la disparition des épreuves écrites et orales, la ministre assure que les compétences examinées lors de ces épreuves seront prises en compte dans la définition des attendus." La rencontre de ce mercredi 11 vous permettra d’entrer plus dans le détail et de poser vos questions à Monsieur Stéphane Le Bouler, en charge de ce dossier auprès des Ministres. accéder au dossier officiel ici https://docs.wixstatic.com/ugd/ed1321_32017e7fca164182b53763cb93e077a0.pdf